Le parcours: La Promenade des Glaciers - Icefield Parkway ( Canada)

Jasper (CA) - Lake Louise (CA) : 232kms -1813metres +2316metres

 

Voir la vidéo


         L’excitation est à son comble. Les 232kms qui vont suivre (carte de la route), nous les avons rêvés depuis longtemps. Aujourd’hui est le jour ou le glas de l’attente a sonné ! Malgré beaucoup de préjugés à notre égard sur la possibilité de traverser la vélo le Icefield Parkway par ce froid saisissant, nous prenons la route. En effet, nous avons pris conseil auprès de plusieurs personnes concernant les conditions météorologiques (entre autres les rangers de Park Canada) ainsi que l’état de la route à certains passages délicats. La neige est déjà là au rendez-vous et il va faire froid, très froid. On attend jusqu’a -15°C la nuit d’ici à ce que l’on arrive au « Sunwapta Pass ». Nous attendons 2 jours à Jasper une fenêtre météorologique favorable pour pouvoir partir car tout de suite c’est tempête avec grosses conditions en haut. Il ne faut en effet pas prendre à la légère cette route gentiment appeler “balade des glaciers”. Les conditions météorologiques sont très capricieuses sur cette portion et une tempête peut s’abattre n’importe où à n’importe quel moment. Nous en ferons d’ailleurs la rude expérience arrivée au Columbia icefield - glacier Athabasca.

 

            L’élévation de la route, bien qu’importante, n’est pas un handicap. Il s’agit bien d’une balade mis à part une pente raide à quelques kilomètres du glacier Athabasca, nous n’avons pas l’impression de développer le même effort que sur la Cassiar Highway ou encore la Dalton. Le bitume est super bien entretenu, les 60 premiers kilomètres sont d’ailleurs tout beau tout neuf !Nous faisons du vélo si facilement que ça devient un partie de plaisir, la cerise sur le gâteau de ce que le grand Ouest Canadien peut nous offrir. En pénétrant la vallée de l’Athabasca River nous mettons le cap plein sud. La forêt est dense en fond de vallée et les montagnes se resserrent de plus en plus sur nous. Encore une fois, nous sommes bientôt “hors saison” dans le parc. Toutes les accommodations ferment d’ailleurs d’ici au 15 octobres et l’entretien de la route sera laissé au bon vouloir de la nature. Nous commençons la route le 11 octobre, 4 jours devraient nous suffire. À signaler, la plupart des campings (seuls endroits autorisés pour camper dans le parc) sont tous fermés depuis la deuxième quinzaine de septembre.

 

 

         Sans vous mentir, qui dit fermé ne dit pas inaccessible… Les rangers nous ont autorisés à camper dans ces zones pour « question de survie ». par -15 degrés, on est bel et bien en situation de survie !  On se permet d’emprunter les abris des camping pour un poser notre tente au sec, et utiliser les poêles à bois pour nous chauffer par ces nuits glaciales ! La météo ne nous a pas menti à ce sujet et on est ravis de trouver des piles de bois secs (cachés sous trente centimètres de neige fraiche). Cet été, à cause de l’interdiction de faire du feu dû aux nombreux feux de forêt dans la région, personne n’a utilisé les réserves de bois ! On est aux anges, seuls, sans touriste autour de nous. Nous campons le premier soir à Honeymoon Lake, il n’y a pas un bruit… Cette Highway victime de son succès est MEGA-frequentée en été. Park Canada enregistre plus 1.2 millions de visiteur chaque année (concentré en été). C’est sans vous dire le privilège que l’on a d’être seuls ici la nuit et quasi seul aussi sur la route. On voit néanmoins encore des bus de touristes (pour la plupart chinois) qui tous s’empressent d’aller au Icefield Center. Tous partent “faire la vraie expérience des Rocheuses Canadienne” en marchant sur une passerelle suspendue appelée “Skywalk” et iront faire un petit tour de bus à chenille pour aller marcher sur le glacier Athabasca. On leur laisse volontiers ces activités qui sont le seul bémol de cette Highway ; quand l’Homme fait de la nature un business…

 

            Dans ce sentiment partagé, nous trouvons quand même réconfort dans le café du centre ou nous nous abritons d’une tempête éclair ! En l’espace de 5 minutes, tous s’est transformé autour de nous. Le gros nuage noir est descendu du champ de glace par surprise, et nous faisons les 5 derniers kilomètres jusqu’au café sous des rafales de vent et de neige incroyablement forte. dérailleur de Sophie s’encrasse de neige fondue et gèle instantanément dans les pignons. Le confort du café attendra, d’abord un peu de mécanique et ensuite le repos ! Le second soir, nous dormons à Wilcox Creek ou la neige est encore plus dense qu’hier.

 

            La suite du programme est un pur enchantement. La fenêtre météo tient pour le 3ème jour consécutif et même si des résidus de nuages et une légère neige tombe constamment comme des paillettes argentées, le soleil parvient toujours à nous éclairer le chemin. Sunwapta pass (2035 mètres) et Bow Summit (2070 mètres) sont tous les deux un pur bonheur à traverser et les montagnes et glaciers que l’on observe en continu depuis le glacier Athabasca sont à couper le souffle. La route est en bon état mis a part quelques portions rongées par la neige et le gel au gré du temps. Mais encore une fois, de quoi se plaint-on dans un décor aussi majestueux !

 

            Lake Louise marque la fin de cette balade sur une autre planète. Nous sommes encore sous le charme et rêveurs en cette fin de journée malgré les 2 kilomètres qui nous restent à parcourir jusqu’à la ville. Nous avons, en effet, aussi rejoint la Highway 1 TRANS-CANADA qui est tout le contraire de ce que nous venons de vivre, un enfer de camions et d’automobiles roulant a cent à l’heure !

 

 

Please reload

Please reload

  • b-facebook
  • Twitter Round
  • Instagram Black Round

© 2023 par SUR LA ROUTE. Créé avec Wix.com